Le mot de Monsieur le Bourgmestre

La localité a été mentionnée pour la première fois par écrit dans un document daté de l’année 960. Une activité sidérurgique à Bissen est documentée à partir de la moitié du 17e siècle. A l’époque, on fondait le minerai d’alluvion récolté sur les champs de la région, pour en retirer de la fonte.

L’année 1887 vit la création de la première clouterie de Bissen, activité industrielle qui est assimilée encore aujourd’hui au Luxembourg à notre localité. La « Société Métallurgique de Bissen » fut créée sur ce site industriel en 1910 et elle fut reprise par l’ARBED en 1922. ArcelorMittal y exploite aujourd’hui une tréfilerie performante et hautement compétitive sur les marchés internationaux.
Depuis environ cinquante années, Bissen connaît un essor remarquable. Des ateliers artisanaux locaux se sont développés en entreprises moyennes ayant obtenu un statut certain dans le tissu industriel national. Le Conseil communal de Bissen a entamé relativement tôt des actions pour diversifier les activités industrielles de la localité via la création de la zone industrielle et commerciale « Klengbousbierg 1 » et la mise à disposition de terrain industriel au Roost. Aujourd’hui, la zone industrielle et commerciale revêt une surface totale de 60 ha avec environ 1500 postes d’emploi.

Vu le succès extraordinaire de ce projet, le Conseil communal a décidé d’élargir la zone industrielle et commerciale actuelle par la zone
« Klengbousbierg 2 ». Les travaux d’aménagement de cette extension ont commencé en juin 2015 et permettront la mise à disposition de 16 ha additionnels de terrain industriel avec un potentiel d’environ 500 emplois. La Commune dispose d’une réserve complémentaire de 37 ha avec un potentiel de 1000 emplois. Ce terrain est classé actuellement comme «terrain en attente de constructions ».
Le succès de la zone industrielle et commerciale a entraîné certains problèmes de circulation, dont notamment une desserte insuffisante par les transports publics et un engouement à moyen terme des accès et sorties des autoroutes. Les responsables communaux sont bien conscients de cette problématique et travaillent assidument à des solutions, ceci en étroite collaboration avec l’Administration des Ponts et Chaussées et avec les Ministères concernés. Parallèlement, l’intensité de la circulation à l’intérieur de la localité devra être réduite via le perfectionnement des transports publics et le développement de la mobilité douce. Les zones industrielles sont localisées à proximité immédiate de l’autoroute A7, mais en amont de la localité même, faisant en sorte qu’il y a une coupure nette avec les zones d’habitation de Bissen, qui peuvent se développer d’une façon complètement indépendante, sans être gênées par des nuisances provenant des activités dans les susdites zones industrielles et commerciales.

Le 1er janvier 1966, 1167 habitants étaient inscrits dans les registres de la Commune de Bissen. Au printemps 2016, soit après cinquante années, nous avons franchi la barre magique de 3000 habitants.

Avec l’ouverture complète de l’autoroute A7 au trafic en septembre 2015, la localité de Bissen a obtenu un accès direct au réseau européen des autoroutes. Aujourd’hui, vous pouvez rentrer en voiture de n’importe quel pays européen via l’autoroute jusque presque la porte de votre garage. Cette situation très avantageuse donnera certainement une poussée supplémentaire au développement de la localité.
La croissance retentissante a muté la Commune de Bissen en une localité de moyenne importance au Luxembourg. L’adaptation nécessaire des infrastructures résultant de ce développement, représente un défi important pour le Conseil échevinal et communal. Les structures existantes telles que crèche et maison relais, ont été adaptées aux besoins accrus. Ainsi, la maison relais accepte aujourd’hui 260 enfants et la crèche peut accueillir 45 enfants. Le 30 octobre 2015, le nouveau bâtiment scolaire pour le cycle 1 complet a été inauguré. Les enfants de l’enseignement précoce et de l’enseignement préscolaire y sont accompagnés avec les moyens conformes aux derniers développements de la pédagogie scolaire.

La croissance du nombre des habitants signifie également une augmentation des consommations en eau et en énergie électrique, l’adaptation de la gestion des eaux résiduaires, de l’éclairage publique et des connexions aux médias. Les travaux à cet effet sont soit en cours, soit en planification.

Les mesures de protection de l’environnement sont un élément important de la politique communale. Ainsi, tous les bâtiments publics sont raccordés au réseau communal de chauffage à distance et l’énergie est générée dans une installation de chauffage aux copeaux de bois. Le bois utilisé provient exclusivement des forêts communales et celles-ci sont gérées durablement. D’autre part, nous combattons les mauvaises herbes avec un système innovateur qui répand de l’eau chaude sur les surfaces à traiter. Nous n’utilisons pas d’herbicide chimique dans notre Commune.

Le trafic routier entre le pont sur l’Attert et le croisement route de Boevange / route de Colmar, représente un passage dangereux notamment pour les enfants, mais également pour les piétons en général. Afin d’améliorer la sécurité, un pont pour piétons est en construction entre la route de Colmar et la rue de Moulins. Des infrastructures sportives adéquates sont importantes dans la vie associative des habitants. Vu que le hall des sports existant ne répond plus aux besoins d’une localité à moyenne importance, le projet de construire un nouveau complexe sportif est en exécution.
Les travaux énoncés ci-dessus ainsi que des projets complémentaires amèneront la Commune de Bissen à un niveau lui permettant de faire face aux défis d’une localité de plus de 3000 habitants.

« Bissen, une localité qui relie », c’est le logo de notre Commune. Bissen, une localité millénaire dans la vallée de l’Attert, relie les expériences ancestrales d’un village agricole et artisanal aux défis d’une localité à moyenne importance en plein développement, disposant de facilités publiques et d’infrastructures modernes et bien connectée au niveau européen via un accès direct au réseau international des autoroutes.

Jos Schummer, Bourgmestre de la commune de Bissen

***********

La commune se présente

Situation géographique

Située à l’Ouest du Grand-Duché de Luxembourg, au niveau du canton de Mersch - district de Luxembourg, la commune est composées de deux localités : Bissen et Roost.

Histoire

L‘origine du site de Bissen se perd dans la nuit du temps. On n‘est pas encore fixé sur l‘étymologie de son toponyme qui pourrait être celtique, patronymique ou tout simplement dérivé du vieux mot français "bien", c.-à-d. canal de moulin. Bien qu‘on ait trouvé de rares vestiges de l‘époque romaine sur le terrritoire de l‘actuelle commune de Bissen, ce n‘est qu‘en l‘an 963 qu‘il en est fait mention pour la première fois dans un document qui notifie la séparation de l‘église de Bissen de la paroisse-mère de Mersch, dont elle faisait partie jusque-là. En 1242, les habitants de Bissen sont tributaires du couvent St-Sauveur de Metz qui cède tous ses droits en 1249 aux illustres Seigneurs d‘Esch-sur-Sûre. Sous leurs descendants, Bissen devient plus tard une seigneurie à part et revient à la suite par alliance à la seigneurie de Pittange et de Créhange.

Au 17e siècle, la localité n‘est pas épargnée par le sort. Pendant la guerre des Trente Ans, l‘épidémie de peste la frappe de plein fouet. Le village est déserté par ses habitants, la plupart sont foudroyés par la maladie. En reconnaissance de leur salut, les survivants érigent une chapelle appelée "Chapelle de la Sainte Croix".
Pendant la Révolution française, elle est abandonnée, transformée en 1825 en maison d‘école et plus tard en logements pour les pauvres. Ce n‘est qu‘en 1854, quand  l‘épidémie du choléra réclame de nombreuses victimes, que les habitants, pris de panique, se rapellent la fonction de l‘ancienne chapelle et procèdent en toute hâte à sa restauration afin d‘apaiser le fléau. Depuis, elle porte le nom de "Chapelle du choléra" ou "Chapelle St-Roch". Une procession vers la chapelle sur la montagne, le long d‘un calvaire deux fois séculaire, rapelle chaque année en début d‘octobre cet événement historique.

Bien que de tout temps le monde agricole représentât le gros de sa population, il convient de relever le passé économique et industriel de la bourgade de Bissen. Une foire aux bestiaux, renommée au-délà des frontières du pays, date du 14e siècle ; il n‘en est resté aujourd‘hui qu‘un marché de kermesse. Pendant deux siècles, et jusqu‘en 1857, les hauts-fourneaux de Bissen fabriquaient à base de minerai alluvial, creusé dans les champs des environs, des platines et des barres de fer, exportées principalement vers la région de Liège. A partir de 1887, une clouterie mécanique, complétée bientôt par une tréfilerie, s‘est installée dans les vieux murs de l‘ancienne forge, une usine qui prend son essor inattendu à partir des années 1900. C‘est grâce au développement de cette entreprise "indigène" et à l‘implantation en 1951 de la fabrique de pneus Goodyear à Colmar-Berg, et en 1971 sur le territoire même de la commune de Bissen, que le nombre d‘habitants a considérablement augmenté, que la construction de nouveaux logements au bord de l‘ancienne agglomération va bon train et qu‘une nouvelle communauté jeune et dynamique est en passe de se former dans une région d‘une ancienne vocation industrielle ressuscitée.

Bissen

L’existence de Bissen, dans la vallée inférieure de l’Attert, est attestée par un document de l’année 960 qui mentionne l’indépendance de la paroisse de Mersch. Il s’ensuit que la paroisse a pu fêter le millénaire de son existence en 1960. L’ancien Bissen connaissait deux noyaux villageois : un autour de l’église et un autre autour de la grange de la dîme. La majorité des maisons conservées à cet endroit remonte au 18e siècle et parfois plus tôt.

Au 19e siècle, les habitants des maisons existantes qui se marient au dehors et les nouveaux arrivants commencent à viabiliser les bords des routes de sortie pour la construction de maisons. C’est ainsi qu’apparaissent – contrairement aux fermes spacieuses – des maisons plus petites d’artisans, de petits cultivateurs et de journaliers le long de l’ancienne route de Boevange ou de Brouch (Rénkelsgaass), de Mersch ou de Reckingen (Knapp), de Feulen (Wobeerg), de Vichten (Hannert dem Oewen), le long de l’ancienne route de Colmar (Hondsgaass), plus tard le long de la nouvelle route de Boevange-Useldange (Fléiergaass), ainsi que de Pettingen (Pëtterwee).
L’aménagement tant de la nouvelle route de Colmar (Brill) que de la liaison avec Colmar via Pafend n’a lieu (à l’ouest) qu’au 20e siècle seulement.

Roost

La signification de la désignation du lieu ou du lieu-dit Rost ou Roost (en luxembourgeois Rouscht) est vue le plus fréquemment dans les notions de brûlerie (pour le lin) et de grillage (à Luxembourg-Ville). On ne risque guère de se tromper si l’on envisage pour notre Roost la signification de hauteur ou de crête.

Les bords de la route qui passe par le Roost, la plus ancienne route de liaison entre Mersch et Ettelbruck, sont restés sans constructions jusqu’à la période hollandaise comme en témoignent les registres paroissiaux dans lesquels, avant 1823, aucun habitant de Roost n’est enregistré. Il faut toutefois émettre un bémol ici en indiquant que vers 1830, lors de la construction de la maison n°24, dénommée à cet endroit « auf dem Mäuerchen ,
des restes de murs, des briques et des haches d’origine gallo-romaine ont été retrouvés, ce qui fait supposer qu’ils proviennent de la Villa Maringa, mentionnée par Alexander Wiltheim et qui devrait remonter à l’année 771.

CHIFFRES CLES

Superficie : 20,75 km2
Nombre d'habitants : 3 011 personnes, dont 47 nationalités différentes
Voirie : voirie vicinale 9,24 km, voirie rurale 26,35 km
Etendue des bois : 586,93 ha
Superficie des prés et terres labourables : 34 ha

INFOS PRATIQUES

Administration communale de Bissen
1, rue des Moulins
L-7784 Bissen
Tél: 83 50 03-1
Fax: 83 50 03-588

Réception et population : 83 50 03 - 521
Etat civil et population : 83 50 03 - 523/527
Secrétariat : 83 50 03 - 522
Recette : 83 50 03 - 526

Horaires d’ouverture
Bureau de la poplulation :
Lun : 8h30-11h30 / 14h30-18h30
Mar : 8h30-11h30 / 14h30-16h30
Mer : 8h30-11h30 / 14h30-16h30
Jeu : fermé le matin / 14h30-16h30
Ven : 8h30-11h30 / 14h30-16h30

Secrétariat, recette :
Lun : 8h30-11h30 / 14h30-16h30*
Mar : 8h30-11h30 / 14h30-16h30
Mer : 8h30-11h30 / 14h30-16h30
Jeu : fermé le matin / 14h30-16h30
Ven : 8h30-11h30 / 14h30-16h30
* le 1er lundi du mois jusqu’à 18h30.

Plus d’infos :
www.bissen.lu
www.facebook.com/gemeng.biissen