Vous avez hérité de votre grand-mère adorée un charmant petit guéridon ? Ou bien craqué sur une commode ancienne chez un brocanteur ? Des meubles au charme indéniable, mais abîmés par le temps ou qui ne correspondent pas forcément au style de votre intérieur. Qu’à cela ne tienne, avec un peu de travail et un minimum de matériel, il est à la portée de tous de remettre un meuble ancien au goût du jour.  

Pourquoi recycler plutôt qu’acheter ?

Parce qu’un meuble ancien a une histoire, un vécu. Celui de votre famille s’il est issu d’un héritage, celui d’une région, d’une personne si vous avez eu un coup de cœur dans un vide-greniers ou une brocante. Sans oublier ce mobilier acheté il y a vingt ou trente ans, de qualité mais plus vraiment en adéquation avec vos goûts, vos envies, votre décoration. Bref, un meuble, quels que soient son style et sa valeur, est le témoin d’une époque ou d’un être cher.

Restaurer, c’est aussi une façon d’afficher un engagement, celui de réutiliser plutôt que jeter. Dans notre société de consommation, redonner une vie à un objet revient à faire un geste pour la planète, tout autant qu’à dire halte à l’uniformité. Et comme cet esprit récup’ est dans l’air du temps, on en profite ! Tout comme est tendance l’intégration d’une pièce vintage et unique dans une déco ultra contemporaine ou scandinave.

Enfin, même si cette restauration vous demande du temps, beaucoup de patience et pas mal d’huile de coude, quelle satisfaction de voir votre "œuvre" trôner fièrement au milieu du salon. Faire quelque chose de ses mains reste foncièrement valorisant, surtout si vos amis s’extasient sur l’originalité de cette fameuse armoire que vous avez passé des heures à poncer et peindre !

La préparation : un point clé

Le meuble que vous avez récupéré porte sur lui les traces du passé. La première étape du travail consiste à le nettoyer. On aspire donc soigneusement les poussières, et on lave avec une éponge imbibée de savon noir.

Ensuite peut commencer le gros de la corvée : le ponçage, une étape nécessaire qui va permettre d’effacer les taches ou éraflures, de révéler les veines du bois et surtout d’ôter les différentes couches de vernis ou de peinture. Une ponceuse avec un embout triangulaire est idéale pour mener ce travail. Commencez avec un papier abrasif à gros grain, puis finissez à la main avec un papier à petit grain.
Suivant son état (et son âge !), votre meuble devra peut-être être traité contre les insectes avec un produit spécifique. De même, il vous faudra éventuellement reboucher quelques trous avec de la pâte à bois.

La marche à suivre pour réussir sa restauration

A présent que votre meuble est libéré de son passé, il va vous falloir décider de son avenir : brut ou peint, l’heure est au choix !

En effet, la finition dépend de l’usage que vous souhaitez en faire. Pour conserver son côté brut, vous pouvez simplement le cirer, le vernir ou appliquer de l’huile, mate ou brillante. Le rendu sera différent, et mettra en avant l’aspect et les imperfections du bois. 

Si vous avez décidé de peindre votre meuble, commencez par appliquer une sous-couche. Peignez ensuite votre meuble comme vous le souhaitez avec une peinture adaptée aux boiseries. Pour les surfaces planes assez vastes, utilisez un petit rouleau et réservez le pinceau aux détails. Si vous voulez donner un aspect vieilli à votre meuble, vous pouvez le patiner avec une cire blanche ou colorée et jouer avec les effets de matière. 

La dernière phase consistera à vernir votre meuble avec un vernis incolore afin de le protéger des aléas de la vie.

La main du professionnel

Restaurer un meuble demande donc un minimum de pratique. Même si quiconque peut apprendre à manier une ponceuse et un pinceau, ce travail requiert patience et détermination.

Si vous ne vous sentez pas capable de mener à bien cette tâche, faites appel à un restaurateur professionnel, qui saura redonner un second souffle au meuble que vous chérissez tant.

A lire aussi :

>>> Nos conseils pour relooker vos meubles de famille

Publié le 16 octobre 2018.