Article proposé par notre partenaire ING Luxembourg.

Contrairement à ce que vous pourriez penser, la réponse est non. Souscrire à une assurance solde restant dû n’est légalement pas obligatoire lorsque vous contractez un emprunt hypothécaire ou un prêt personnel pour un montant important. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut la négliger, car elle peut vous éviter de gros ennuis financiers.

Mais, avant d’aller plus loin, rappelons ce qu’est une assurance solde restant dû (ASRD). Il s’agit d’une assurance temporaire à capital décroissant.

Comme son nom l’indique, elle couvre le capital restant dû de votre prêt immobilier dans le cas où vous ne seriez plus capable de rembourser vos mensualités. Selon les conditions choisies dans la police d’assurance, il peut s’agit soit d’un décès, d’une invalidité, totale ou partielle, qui vous empêche de continuer à exercer votre métier, ou d’une perte de revenus suite à une mise au chômage.

Concrètement, la compagnie d’assurances va prendre en charge le remboursement des prêts à votre place. Vous et votre famille serez ainsi protégés contre un défaut de paiement et une éventuelle saisie du bien hypothéqué

Un coût très variable

Chiffrer avec exactitude le coût d’une assurance solde restant dû est difficile car celle-ci est pratiquement calculée au cas par cas. Elle dépend de votre prêt. Plus votre capital à assurer est élevé, plus la prime le sera aussi. La durée de l’emprunt et des taux d’intérêt élevés peuvent également avoir une incidence sur le montant de la prime.

Vient ensuite votre risque de décès ou d’incapacité de travail. Ce risque peut être influencé par l’âge au moment de la signature du contrat (au plus vous êtes âgé, au plus la prime augmente), le fait de fumer, votre situation de santé et la pratique de sports considérés comme dangereux.

Le nombre de personnes a également une incidence. L’assurance peut en effet être souscrite sur votre couple avec des pourcentages de couverture différents en fonction des revenus et de l’âge de chacun : de 0 à 100%. Vous pouvez même, si vous le souhaitez, souscrire chacun une couverture pour la totalité du capital emprunté, soit 100%. Dans ce cas, si l’un de vous deux décède, les remboursements disparaissent totalement pour le conjoint survivant.

Quoi qu’il en soit, la somme à payer peut, dans certains cas, avoisiner les milliers d’euros, en particulier si vous la payez en une fois ! Il existe en effet trois formules de paiement possibles : soit une prime unique à verser lors de la signature du contrat, soit plusieurs primes annuelles à verser pendant les deux tiers de la période assurée (par exemple, 13 primes pour un prêt à 20 ans), soit des primes à verser chaque année pendant toute la durée du prêt.

Pas obligatoire, mais chaudement recommandée

Pourquoi dès lors souscrire à une assurance qui a un coût alors que celle-ci n’est légalement pas obligatoire ? Pour plusieurs raisons.

La première est que la plupart des banques luxembourgeoises incluent une telle assurance dans les conditions favorables à l’octroi d’un prêt. Celles-ci vous proposent en général un contrat d’assurance de la compagnie avec lesquelles elles ont des accords d’exclusivité. Vous pouvez bien entendu faire jouer la concurrence mais ne perdez pas de vue que la banque qui vous octroie le crédit vous proposera souvent un taux plus intéressant si vous prenez le tout (emprunt et assurance) chez elle.

Éviter la condition de l’assurance solde restant dû est possible si vous pouvez présenter d’autres garanties. Ce sera notamment le cas si vous disposez déjà d’une assurance-vie ou d’un assurance-décès et que le montant de celle-ci suffit à couvrir votre crédit. 

Cela étant, même si votre banque n’exige pas la souscription à une assurance solde restant dû, réfléchissez-y à deux fois avant d’y renoncer. En souscrivant à une telle assurance, vous assurez une sécurité supplémentaire à vos proches (conjoint, enfants....) et leur évitez d’être confrontés à des problèmes financiers après votre décès. Surtout si le crédit est très important ! De plus, rien ne vous oblige à couvrir le capital restant dû à 100% comme l’exigent les banques. Si vous n’avez aucune obligation vis-à-vis de votre organisme emprunteur quant à cette assurance, vous pouvez très bien décider de ne couvrir que 50% (ou tout autre pourcentage) du capital restant dû.

Déductible fiscalement

L’aspect fiscal n’est pas à négliger non plus. Si vous établissez votre déclaration de revenus au Luxembourg, vous pouvez réduire vos impôts en déduisant les dépenses relatives à votre assurance solde restant dû de votre base de revenu imposable. A une condition : celle-ci doit avoir été souscrite auprès d’une compagnie dûment agréée au Luxembourg ou dans un autre pays de l’UE. Les montants déductibles différent selon que vous payez en plusieurs fois ou en une seule prime unique.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter la page www.ing.lu/immo ou à nous rendre visite en agence.

Retrouvez de nouveaux conseils des experts  chaque mardi.

Publié le 20 novembre 2018.