16 OCT. 2018 | PROPOSE PAR NOTRE PARTENAIRE ING LUXEMBOURG

La réponse dépend de plusieurs paramètres propres à votre situation personnelle. Voici néanmoins quelques éléments pour vous aider à faire le bon choix avant de contracter un crédit immobilier auprès de votre banque.

Le taux fixe : la sécurité et moins de flexibilité

La formule vous garantit une certaine sérénité. Vous bénéficiez d’un taux qui ne bougera pas, du début à la fin de votre crédit, même si le marché connaît d’importantes fluctuations. Vous connaissez à l’avance le montant de toutes vos mensualités et êtes à l’abri d’une mauvaise surprise.

Par contre, le montant du taux fixe est généralement plus élevé que celui d’un taux variable et vous ne pourrez pas remettre en question le plan de remboursement prédéfini. Il vous sera impossible d’effectuer des remboursements partiels anticipés. Seul le remboursement intégral est autorisé sous réserve du paiement de frais de pénalités.

De manière générale, le taux fixe est la bonne option quand les taux d’intérêt sont bas (ce qui est le cas actuellement) et que vous empruntez sur une longue durée. Vous bénéficiez d’un taux avantageux pendant toute la durée de votre emprunt.

Le taux variable : un risque encadré

Chaque année, le taux variable (et donc vos mensualités) augmente ou diminue en fonction de l’évolution des taux auxquels les banques se financent (l’indice de référence est en général l’Euribor ou taux interbancaire en euro).

Outre le fait qu’il est au départ plus faible que le taux fixe, le taux variable présente l’avantage d’être plus souple. Vous pouvez rembourser anticipativement sans frais et ainsi raccourcir l’échéance ou diminuer la mensualité. Si vous construisez ou transformez un immeuble, votre banque rend les fonds disponibles au fur et à mesure de l’avancement des travaux. Les intérêts à payer ne sont dus que sur la partie utilisée de l’emprunt et vous évitez de payer des intérêts inutiles sur les fonds inutilisés.

Le principal inconvénient du taux variable est son manque de visibilité. Il vous sera impossible de prévoir à l’avance ce que vous payerez comme mensualités dans les années à venir, ni pendant combien de temps.

De manière générale, le taux variable est le meilleur choix lorsque les taux d’intérêt sont élevés et si la flexibilité est pour vous le critère le plus important, soit parce que vous exercez une profession d’indépendant où les revenus ne sont pas constants, soit parce que votre situation financière et professionnelle est appelée à évoluer dans le futur.

Et pourquoi pas le taux fixe révisable ?

Si vous avez du mal à faire votre choix, il vous reste une troisième voie : le taux fixe révisable. Vous conservez un taux fixe pendant une période déterminée (en général 3, 5 ou 10 ans) et, à la fin de chaque période, vous décidez soit de continuer avec un taux fixe, soit de changer pour un taux variable jusqu’à la fin de la période suivante et ainsi de suite.

L’avantage de ce taux est qu’il combine la sécurité du taux fixe et la flexibilité du taux variable. Vous jouez la protection pendant les premières périodes de votre contrat où les intérêts dus sont plus élevés et, à la fin de chaque période, vous profitez des éventuelles opportunités du marché : soit vous optez pour un taux variable si les taux d’intérêt ont tendance à augmenter à la fin de l’échéance, soit vous maintenez le taux fixe si c’est l’inverse qui se produit. En outre, à la fin de chaque période, vous pouvez changer le type de taux et/ou rembourser anticipativement votre crédit (en tout ou en partie) sans frais supplémentaires.

Cela étant, gardez bien à l’esprit que le taux fixe révisable peut se révéler plus ou moins élevé que le taux variable et le taux fixe en fonction de la période choisie et qu’il subsiste une notion de risque. Le type de taux choisi à la fin de chaque période de renouvellement sera celui en vigueur au moment de l’échéance. Or rien ne garantit que dans les prochaines années, les taux, qu’ils soient fixes ou variables, resteront aussi bas qu’ils le sont actuellement.

Un conseil : avant de prendre votre décision, prenez le temps de la réflexion et n’hésitez pas à en parler à votre banquier.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter la page www.ing.lu/immo ou à nous rendre visite en agence.

Retrouvez de nouveaux conseils des experts  chaque mardi.