08 Octobre 2019

Acquérir un logement au Luxembourg demande un investissement conséquent en raison de la flambée des prix des maisons individuelles et des terrains constructifs. Par conséquent, l’alternative trouvée est celle de l’habitat collectif. Cette formule rencontre un succès grandissant auprès de nombreux particuliers. Mais attention à ne pas avoir de mauvaises surprises !

Une autre façon d’investir dans l’immobilier

Depuis une vingtaine d’années, le marché locatif et celui de la vente des biens immobiliers a connu un développement accru au Luxembourg. Cette situation, qui a engendré une hausse générale des prix, s’explique par l’arrivée ininterrompue d’étrangers en quête de logements dans les zones urbaines. Toutefois, cette nouvelle tendance à la hausse des prix a ouvert la voie aux achats en copropriété.

On parle de copropriété lorsqu’un minimum de deux copropriétaires se partage la propriété d’un immeuble qui se divise en un lot de parties privatives distinctes, et un autre lot de parties communes. La formule recouvre de nombreuses spécificités, règles et usages propres. Afin d’éviter les mauvaises surprises, il est utile de prendre connaissance des grandes lignes de fonctionnement de la copropriété, en l’occurrence la prise d’information sur les frais courants et exceptionnels que vous aurez en charge.

Que prendre en compte ?

Lorsque vous souhaitez acheter un logement en copropriété, vous devez tout d’abord bien vous renseigner sur les détails des règlements. Demandez à lire l’ensemble des anciens procès-verbaux d’assemblée générale. Vous y découvriez les charges courantes de la copropriété :
elles correspondent aux dépenses d’administration, de fonctionnement et d’entretien. Vous décèlerez également de précieuses informations sur l’historique des sinistres (incendies, dégâts des eaux…), ainsi que d’éventuels problèmes liés à l’immeuble. Toutes ces informations vous permettront d’évaluer si cette acquisition se présente de prime abord comme une bonne affaire ou si, au contraire, elle pourrait se transformer, dans les pires cas, en un gouffre financier.

Ensuite, vérifiez si de gros travaux sont prévus dans un futur proche (électricité, plomberie, chauffage, toiture…), car même si elles sont limitées à vos millièmes, ces factures peuvent alourdir votre budget. Prenez également en compte toutes les dépenses votées lors des dernières assemblées générales : il se pourrait qu’elles reviennent à la charge de l’acheteur, de même que les travaux déjà engagés et dont les échéanciers des paiements ne sont pas terminés.

Tous ces futurs frais de fonctionnement sont à prévoir dans le plan de financement de votre appartement. Vous devez aussi en prendre connaissance pour négocier le prix d’achat du logement. En effet, ce sont là des arguments importants pour faire baisser le prix. Car lorsque vous déboursez plusieurs milliers d’euros de frais de notaire pour acquérir une copropriété, il n’est vraiment pas évident de pouvoir engager d’importantes dépenses non prévues quelques mois après !

Les avantages de l’achat en copropriété

Il existe dans chaque copropriété un règlement qui détaille précisément les parties privatives ou non de l’immeuble. Lorsqu’on achète un logement en copropriété, c’est le syndic qui s’occupe de toutes les démarches administratives concernant les parties communes de l’immeuble : travaux dans le hall et les couloirs, remplacement des ampoules et des extincteurs, nettoyage et enlèvement des ordures… En tant que propriétaire, vous n’aurez pas à vous occuper de ces détails et gagnerez en confort de vie. En contrepartie, vous devrez vous acquitter des charges de copropriété.

Tous les ans, l’assemblée générale des copropriétaires se réunit pour prendre les grandes décisions concernant l’amélioration des conditions de vie dans la copropriété. En participant à cette réunion, le nouveau propriétaire disposera d’indications pour accroître la valeur de son logement, ce qui constituera un point positif le jour où il mettra en location ou en vente son bien.