Murs qui suintent, dégradation du papier peint et de la peinture, buée sur les vitres, odeur de moisi... L’humidité est un problème souvent rencontré au sein des habitations. Si vous en avez chez vous, soyez vigilant : cela signifie que votre maison n’est pas saine, et peut se dégrader rapidement, perdant au passage de sa valeur. Qui plus est, l’humidité peut également s’attaquer à votre santé et à celles des autres habitants de votre logement. Il est donc impératif de la combattre au plus vite.

Mauvaise pour la santé, puisqu’elle peut provoquer de l’asthme ou des allergies respiratoires, l’humidité est également destructrice pour les maisons, qu’elle fait vieillir plus rapidement, et peut vous coûter cher en termes de chauffage puisque les habitations humides sont moins évidentes à chauffer. Fort heureusement, s’en débarrasser est possible ! Mais avant d’entamer des travaux, il est impératif d’identifier sa provenance.  

Les problèmes d’humidité sont souvent causés par la vapeur que nous produisons dans notre intérieur, en effectuant de simples tâches : prendre une douche, préparer les repas, faire sécher le linge, et même simplement respirer. Plus un logement compte de personnes, plus la condensation sera importante : ainsi, une famille de 4 personnes produit pas moins de 10 litres d’eau sous forme de vapeur au cours d’une journée. Toutes les habitations peuvent être touchées par ce phénomène, même les plus récentes, même bien isolées. Leur très bonne étanchéité peut en effet empêcher un renouvellement suffisant de l’air circulant à l’intérieur.

Autre cause d’humidité possible, les fuites et infiltrations, qui sont aisément détectables, et dues, entre autres, à une tuile qui a bougé sur le toit, ou à une minime fissure présente sur l’enduit extérieur de la maison. L’idéal est donc d’être attentif et de vérifier ponctuellement l’état de sa toiture et de ses murs.

Les remontées capillaires peuvent aussi causer des problèmes d’humidité. Si votre habitat est plus ancien (avant 1950), il a davantage de risques d’être touché par ce mal. De manière générale, ces demeures ne possèdent pas de base étanche en sous-œuvre. Conséquence, elles ne sont pas protégées contre l’humidité, qui se propage dans les murs. Le phénomène s’explique facilement : l’eau remonte du sol par capillarité. Concrètement, cette humidité ascensionnelle est un phénomène naturel, causé par les champs magnétiques terrestres. Les murs présentent alors une démarcation nette, entre leur partie basse, humide et plus colorée ; et leur partie haute, saine.  

Chasser l’humidité définitivement ? C’est possible !

Pour éliminer l’humidité au sein de votre domicile, vous pouvez songer à investir dans un absorbeur ou un déshumidificateur. Destinés à capter l’humidité de l’air ambiant, ils ne sont pas la solution si votre habitation connaît des problèmes d’humidité chroniques. Concernant les fuites et infiltrations, une fois localisées, vous devez les traiter en les colmatant et en les supprimant.

En revanche, s’il s’agit de remontées capillaires, vous n’aurez pas le choix : vous devrez obligatoirement faire appel à un professionnel. Ce dernier vous conseillera d’avoir recours au procédé géomagnétique. Installé au sein de n’importe quelle pièce à purifier, et complètement autonome, il permet d’annuler toute force magnétique provoquant l’humidité ascensionnelle des murs. Pour fonctionner, il va utiliser les champs magnétiques terrestres et leurs variations, ce qui en fait une solution 100% écologique.

Capable de régler vos soucis d’humidité de manière définitive, en éliminant la différence de potentiel qui existe entre le haut sec et le bas humide du mur, votre isolation n’en sera que meilleure, et elle vous permettra également de réaliser des économies d’énergie d’au moins 40%.

Le générateur à air sec, pour les hauts niveaux d'humidité

Si l’humidité est un problème constant chez vous, une autre solution à envisager est celle du générateur à air sec. Le cœur de ce processus est une roue, mise en rotation à une vitesse constante et entièrement autonome, qui va traiter l’air extérieur le traversant, et absorber les molécules d’eau qu’il contient. Cet air, devenu sec, est ainsi ensuite introduit au sein de la pièce à assainir. La roue, saturée, tourne et passe sur une zone dite de régénération, et est séchée par une batterie chauffante. L’air chaud de régénération récupère alors l’humidité absorbée dans la roue, et est pulsée hors de la pièce, à l’extérieur.

Le générateur à air sec s’utilise partout où les températures sont basses (de – 20°, et jusque + 30°), et où les niveaux d’humidité sont importants (de 2 à 100% d’humidité relative). Avoir recours à ce système, c’est l’assurance de réaliser des économies d’énergie puisqu’inévitablement, un endroit sec est plus simple à chauffer. C’est également une solution que vous pouvez envisager si vous avez été victime d’un dégât des eaux : ce type d’appareil a en effet la capacité d’accélérer et d’assécher les matériaux des structures inondées.

Désormais, l’humidité n’est donc plus une fatalité… Afin de mettre en place la solution la plus adaptée à vos besoins, il est vivement conseillé de faire établir un diagnostic complet de votre domicile par un professionnel du secteur.  

Le saviez-vous ?

Si un air trop humide est mauvais pour votre maison et votre santé, un air trop sec n’est pas non plus bénéfique, puisqu’il favorise les poussières et assèche les muqueuses. L’humidité est donc nécessaire, mais ne doit pas dépasser un taux de 40 à 60%. Selon les spécialistes, il existe même un taux idéal d’humidité pour votre domicile : il est de 50%, avec une température de 20 degrés.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

A lire aussi :

> Des astuces pour limiter l'humidité dans une salle de bains

Publié le 16 octobre 2018.