Il était une fois…

Autrefois les pièces de vie étaient orientées côté rue, alors que dans la conception actuelle on perce plutôt les volumes afin de gagner en surface habitable. Le souhait des maîtres d'ouvrage était d'avoir un contact visuel avec le jardin, de profiter d'une vue imprenable, de vivre "dans" le jardin pendant les mois d'hiver et d'avoir un grand espace communiquant entre le séjour et la cuisine. L'harmonie et la luminosité étant le résultat escompté de cette transformation, le concept consistait à agrandir l'espace en démolissant certains murs et en cassant ainsi la multitude de petites pièces cloisonnées pour obtenir un traversant lumineux entre le côté rue et le côté jardin. Le rajout de l'annexe d'une largeur de 3,50 mètres avec une grande baie vitrée ouvert sur le paysage permet désormais la pénétration sans modération de la lumière environnante. Sans perdre de vue le charme du passé, des portes coulissantes se fondent aujourd'hui parfaitement dans l'espace et se calquent sur l'ancienne disposition des pièces. Ainsi l'entrée de la maison, le salon, la salle à manger et la cuisine sont unis en un seul et même espace permettant ainsi une circulation fluide d'une pièce à l'autre tout en ayant toujours la possibilité de les refermer sur elles-mêmes. L'annexe de la bâtisse accueille en outre une des pièces de la cave, la cuisine au rez-de-chaussée, une partie de la chambre à coucher et de la salle de bain et la terrasse au dernier étage. Au premier niveau, l'espace des parents comprend deux chambres qui ont été maintenues dans leurs dimensions initiales ainsi que les appartements parentaux avec salle de bain et dressing en suite. Finalement, au dernier étage, le royaume des enfants se compose de 2 chambres à coucher, d'une salle de douche et d'une salle de jeux avec mezzanine donnant sur une grande terrasse.Pour accentuer davantage la générosité des volumes qui compte désormais plus de 300 mètres carrés, l'architecte a suggéré au niveau de la décoration d'intérieur l'utilisation raffinée du trompe-l'œil. Dans le salon, pièce qui se déploie en longueur, l'application d'un papier peint avec un motif végétal élargit visuellement la pièce qui ne fait que 3,50 mètres de largeur. Le rappel de trois couleurs de base permet astucieusement de créer un effet de grandeur comme l'illustre la restauration des balustrades en gris anthracite, couleur qui se répète à travers la maison. A l'entrée, l'installation d'un énorme miroir épousant le mur de l'escalier dédouble l'accès à la demeure sans oublier le côté pratique qui permet un dernier check vestimentaire avant de sortir de la maison.

Une transformation efficace

Dès le départ, le dialogue entre l'architecte et les propriétaires fut fructueux. Les idées foisonnaient des deux côtés et ils trouvèrent ensemble le mariage parfait entre ce qui était réalisable et souhaitable tout en surmontant obstacles et contraintes. La maison que le jeune ménage avait acquise était dans un état peu favorable à une gestion raisonnable des frais de consommation d'énergie. Il fallait donc concevoir un lifting complet en se rapprochant au plus près des nouvelles exigences en termes d'efficacité énergétique tout en assainissant l'existant. Qui dit efficacité énergétique, dit dans le cas de cette maison mise en place d'un triple vitrage, de cadres aluminium-bois de haute performance énergétique et de la ventilation contrôlée, installation d'un chauffage à condensation à gaz, de panneaux solaires pour l'eau chaude et d'un système de récupération des eaux pluviales pour alimenter les WC. Un soin tout particulier a été apporté à la restauration des éléments architecturaux d'origine. Comme la cage d'escalier dont les marches originales ont été conservées afin de faire perdurer le charme du bois ancien. L'aspect extérieur a été sauvegardé et restauré, à l'intérieur les volumes ont été agréablement redistribués et rénovés.

En conservant au maximum l'original et en améliorant la structure existante, la complicité entre l'architecte et ses clients a généré une agréable demeure où il fait bon vivre.