08 AVRIL 2019

Les revêtements de toit ont pour objectif principal de protéger la construction et ses habitants des intempéries et de réguler la température du bâtiment. Pour cette raison, il est primordial d’utiliser des matériaux de grande qualité, tout en veillant à respecter les réglementations d’urbanisme en vigueur qui visent à maintenir une certaine harmonie visuelle et concernent généralement le matériau, sa couleur et la pente de toiture. Mais attention, tous les matériaux ne conviennent pas pour tous les types de toits !

Pour les toitures à versants

• Les tuiles

Faire le choix des tuiles de toit, c’est avoir à sa disposition un nombre important de couleurs, de formats (suivant les moules utilisés) et de finitions (vernissées, émaillées…).

En béton : composées d’un mélange de ciment gris et de sable teinté, elles sont particulièrement résistantes au gel. Moins chères, elles sont aussi plus lourdes et plus grandes que les tuiles en terre cuite. Il convient donc de les adapter à la charpente avant de les poser.

En terre cuite : elles se déclinent dans toute une gamme de teintes, de formes et de dimensions, et résistent aux fluctuations de températures et aux intempéries.

Le petit plus tient dans la grande diversité des accessoires de finition qui permettent de parachever des formes complexes de toiture.

• Les ardoises

Naturelles : réalisées en pierre naturelle, elles donneront du caractère à votre toit. Chaque ardoise possède une teinte qui lui est propre. C’est un matériau durable, qui résiste bien aux différences de température. Au vu de la faible disponibilité du produit, elles représentent cependant un investissement financier important.

Artificielles : composées d’un mélange de ciment, de fibres d’armement et de minéraux (fibrociment), elles sont disponibles en formats variés. Faciles d’entretien et moins coûteuses que les ardoises naturelles, elles ont aussi une durée de vie plus courte.

Il existe également des ardoises en bitume qui imitent la pierre naturelle par leur découpage. Elles conviennent parfaitement pour tous les styles architecturaux, mais leur longévité est assez limitée (environ 30 ans).

• Les toitures métalliques

Généralement, elles sont choisies pour leur durée de vie supérieure, leur facilité de mise en œuvre et leur grande résistance aux dégradations. Leur coût et leur impact sur l’environnement en sont cependant les principaux inconvénients.

Le plus souvent en zinc, les toitures métalliques, combinées à un bon isolant, offriront un look contemporain à votre "home sweet home". De même, l’aluminium utilisé pour les bâtiments industriels fait aujourd’hui son entrée sur les toits de nos chaumières, pour des constructions durables et résolument design.

Pour les toitures plates

• Le bitume

Il en existe deux sortes : les plastomères résistants aux UVs, qui n’exigent aucune couche de lestage protectrice, et les composés élastomères, qui sont plus souples et adhèrent mieux. Le bitume offre une très bonne étanchéité, mais son bilan environnemental est défavorable.

• L’EPM

L’EPM est un caoutchouc synthétique, respectueux de l’environnement, mais aussi très résistant aux chocs thermiques. Il est très souvent utilisé pour supporter les toitures vertes.

• LE PVC

A mi-chemin, le PVC est un matériau synthétique plus durable que le bitume, mais moins résistant que l’EPM.

Rester bien au chaud : tout est dans le grenier

Afin d’améliorer le confort général de votre habitation, mais aussi d’économiser dans vos frais de chauffage, bien isoler sa toiture est primordial. On sait que l’air chaud ne s’échappe pas seulement par les murs et les fenêtres, mais aussi en grande partie par le toit.

Pour exemple, l’isolation dans un grenier non chauffé permet d’économiser 30% d’énergie. Si ce dernier est chauffé, les bénéfices sont encore supérieurs.